26. Jul 2018

TEXT VON

Estelle Lucien

Cinq expos à ne pas manquer cet été

  • Share

De Lausanne à Mauvoisin, en passant par Vevey, Nyon ou Montricher, voici cinq possibilités de s’offrir un bain de culture, de sculpture, de peinture, d’art et de musique. 

Couverture: Henri Manguin La sieste ou Le rocking chair, Jeanne 1905 Huile sur toile, 89 x 117 cm Berne, Hahnloser / Jaeggli Stiftung, Kunstmuseum Photo Reto Pedrini © 2018, ProLitteris, Zurich

Manguin le Fauve

Surnommé le «peintre voluptueux» par Apollinaire, Henri Manguin (1874-1949) est une figure clé dans la naissance du fauvisme. Dès ses débuts, ses peintures séduisent les grands marchands et son succès est immédiat. C’est vers cette première période que l’exposition de la Fondation de l’Hermitage nous amène avec presque cent tableaux à la puissance chromatique inouïe qui, de scènes de nu aux paysages méditerranéens, suinte le bonheur.


Henri Manguin Les aloès à Cassis 1913 Huile sur toile, 93 x 73 cm Berne, collection privée Photo Prolith AG © 2018, ProLitteris, Zurich


«Manguin, la volupté de la couleur», jusqu’au 28 octobre, Fondation de l’Hermitage, Lausanne, fondation-hermitage.ch


Vertige au barrage de Mauvoisin

Julian Charrière, né à Morges mais installé à Berlin, inaugure son exposition sur le barrage de Mauvoisin. An Invitation to Disappear présente une série d’images inspirées par l’éruption du volcan indonésien Tambora en 1815 et par les plantations de palmiers qui y règnent aujourd’hui. Evénement aux conséquences mondiales puisqu’en 1818, à cause d’une baisse de température, le glacier du Giétro surplombant le barrage de Mauvoisin lâche une gigantesque poche d’eau qui dévaste la région. Cette exposition se prolonge par une projection dans une des salles du Musée de Bagnes, qui abrite l’exposition Giétro, 2018-1818.


An Invitation to disappear, photos de Julian Charrière


Barrage de Mauvoisin, jusqu’au 30 septembre, museedebagnes.ch


Artiste du verre

Il y a plein d’inventions auxquelles on ne prête pas attention. Le château de Nyon nous présente celle trouvée par l’architecte Gustave Falconnier. Vers la fin des années 1880, ce Nyonnais hyperactif invente la brique de verre permettant la construction de murs qui isolent et protègent des regards extérieurs tout en laissant passer la lumière. Employé entre autres par Le Corbusier mais tombé en désuétude, voici une belle revalorisation d’un objet artisanal fascinant et de son inventeur.


Falconnier /dec 2017//
Photo: nicolas.lieber@nicolaslieber.ch


«Un rêve d’architecte. La brique de verre Falconnier», jusqu’au 22 avril 2019, château de Nyon, chateaudenyon.ch


Vian, le jazz et la plume

Située au pied du Jura suisse, la Fondation Jan Michalski promeut l’écriture et la littérature depuis bientôt quinze ans. Cet été, elle rend hommage à Boris Vian, artiste disparu à l’âge de 39 ans mais assez prolifique pour nous laisser une production d’écrits et de musique. Œuvres littéraires, musicales, critiques, journalistiques, l’auteur de L’écume des jours nous bouleverse par son inventivité bouillonnante et nous embrase avec son amour du jazz.


Boris Vian en 1948


«Boris Vian, en avant la musique!», jusqu’au 2 septembre, Fondation Michalski, Montricher, fondation-janmichalski.com


Picasso, encore et toujours

Le musée Jenish Vevey propose une exposition d’estampes d’un artiste aussi mythique que Picasso. Erotisme et théâtralité parcourent ces gravures regroupées selon quatre thématiques. Elles débutent avec «Lever de rideau» évoquant la fascination pour le cirque et continuent avec la puissance de la tauromachie avec «L’arène» avant de dévoiler l’intimité de la relation artiste-modèle dans «L’atelier» et celle des étreintes amoureuses dans «L’alcôve».


“Raphaël et la Fornarina XXIII: seuls s’étreignant sur le sol”, pl 318 de la Suite des 347. @Succession picasso, prolitteris


«Picasso. Lever de rideau. L’arène, l’atelier, l’alcôve», jusqu’au 7 octobre, Musée Jenisch Vevey, museejenisch.ch