Pascal Désir Maisonneuve
Le Tartare, entre 1927 et 1928. Assemblage de coquillages divers, 18 × 17 × 12 cm
Photo : Claude Bornand, AN Collection de l’Art Brut, Lausanne

02. Mar 2016

TEXTE DE

Estelle Lucien

PHOTOGRAPHIE DE

Claude Bornand, AN Collection de l’Art Brut, Lausanne

40 bougies pour la Collection de l’Art Brut

  • Partager

Le 26 février 1976, le musée de l’Art Brut à Lausanne voyait le jour, grâce à Jean Dubuffet. L’institution s’en souvient et nous plonge aux sources de cette belle aventure, avec une exposition qui s’ouvre le 5 mars. 

C’est lors d’un voyage en Suisse que l’artiste Jean Dubuffet, inventa le mot Art brut, pour désigner des créations réalisées par des personnes sans culture artistique, et jusque-là rassemblées sous le nom de “art des fous”. Et c’est toujours grâce à Dubuffet, qu’aujourd’hui cet art peut exister au travers d’une collection et d’un musée qui fête ses 40 ans. C’est en effet le 26 février 1976, qu’a ouvert le musée de l’Art brut à Lausanne, Jean Dubuffet ayant fait donation de sa collection à la capitale vaudoise. Cet anniversaire est une belle occasion pour revenir aux sources et montrer des œuvres majeures, plus de cent cinquante pièces issues du fonds de la Collection de l’Art Brut et qui faisaient déjà partie de ce qui a été appelé l’exposition “historique”. Celle-ci s’était tenue à Paris en 1949, à la galerie Renée Drouin, soit un peu moins de trente ans avant l’inauguration du musée Lausannois. Revenir sur ces évènements, c’est refaire le chemin de la reconnaissance comme art, d’œuvres réalisées par des autodidactes, sans lien avec le champ culturel. Certains de ces artistes malgré eux, ont même connus la notoriété. On pense à Aloïse, Adolf Wölfli, ou encore Auguste Forestier. Une visite de l’exposition intitulée, “L’Art Brut de Jean Dubuffet, aux origines de la collection”, s’impose si ces noms vous sont inconnus! Vous avez jusqu’au 28 août et vous ne serez pas déçus, car comme l’écrivait Jean Dubuffet dans L’art brut préféré aux arts culturels, 1949: «Il y a des petits ouvrages de rien du tout, tout à fait sommaires, quasi informes, mais qui SONNENT
très fort et pour cela on les préfère à maintes œuvres monumentales d’illustres professionnels. »

Collection de l’Art brutAv. des Bergières 11, Lausanne, 041 21 315 2570

Aloïse Scène de baiser fleurie à la gouache, 1947 Mine de plomb et gouache sur papier, 120 × 75 cm Photo : Olivier Laffely, AN Collection de l’Art Brut, Lausanne
Aloïse
Scène de baiser fleurie à la gouache, 1947. Mine de plomb et gouache sur papier, 120 × 75 cm
Photo : Olivier Laffely, AN
Collection de l’Art Brut, Lausanne
Pascal Désir Maisonneuve Le Tartare, entre 1927 et 1928. Assemblage de coquillages divers, 18 × 17 × 12 cm Photo : Claude Bornand, AN Collection de l’Art Brut, Lausanne
Pascal Désir Maisonneuve
Le Tartare, entre 1927 et 1928. Assemblage de coquillages divers, 18 × 17 × 12 cm
Photo : Claude Bornand, AN Collection de l’Art Brut, Lausanne