07. Dec 2018

TEXTE DE

Tina Bremer

Évasion: Le Costa Rica, beau et riche

  • Partager

Le Costa Rica s’est fixé de nobles objectifs. Il est temps de se pencher de plus près sur ce pays qu’on surnomme «la Suisse de l’Amérique centrale».

Le Harmony Hotel, à Nosara, remplit les promesses de son nom.

Voilà encore une étoile filante qui passe. Une de plus dans cette nuit enceinte de tant de beauté. La mer, un tapis d’écume d’un blanc fluorescent, scintillant, est illuminée par la lune, épinglée au firmament comme une faucille. Et entourée d’une infinité d’étoiles. Je n’ai vu resplendir ainsi la Voie lactée qu’une seule fois dans ma vie, c’était il y a longtemps, dans le désert. Aujourd’hui, la Petite Ourse, la Grande Ourse et Orion brillent plus fort que jamais. Sable noir volcanique entre les orteils, déferlement des vagues dans les oreilles. Des mots de Hermann Hesse me trottent dans la tête, des bribes de poèmes sur les sortilèges qui nous entourent. D’un seul coup, je me fiche bien de comprendre le pourquoi de l’existence, et je me contente d’être.

Mais la plage nocturne de la réserve naturelle d’Ostional, sur la péninsule de Nicoya, n’est qu’une figurante, le charmant décor d’un tout autre spectacle: les arribadas. C’est l’époque où des milliers de tortues olivâtres viennent pondre leurs œufs dans le sable. Dix jours environ avant la nouvelle lune, à l’endroit où elles sont elles-mêmes nées autrefois. Après le Mexique, les côtes du Costa Rica constituent le plus grand site de ponte du monde pour les tortues de mer. Sur les pistes pierreuses menant à l’océan Pacifique, dans lesquelles la pluie a creusé des ornières ces dernières semaines, des panneaux routiers ont déjà attiré mon attention sur ces petites descendantes des dinosaures. A l’heure qu’il est, je progresse à tâtons et à la queue leu leu dans le sable mou, sans bruit et avec une lampe de poche infrarouge pour ne pas déranger les pondeuses.

De nombreuses rivières vous invitent à nager.

Le Costa Rica a été l’un des premiers pays à faire de la protection de sa nature une priorité et une force économique importante. Le pays est un pionnier de l’écotourisme. Les réserves naturelles protégées couvrent 26% de son territoire, qui abrite 5% de la biodiversité mondiale. Le singe hurleur, l’iguane et la célèbre rainette aux yeux rouges et aux pattes orange font autant partie de l’image du Costa Rica que les plages naturelles, les volcans et la jungle. En 1949 déjà, le gouvernement abolissait l’armée, préférant dépenser de l’argent pour la formation et la protection de la nature. Ici, on apprend dès le jardin d’enfants à respecter l’environnement. Cette année, les pailles et les sacs en plastique ont été interdits, et une consommation excessive d’eau peut vous coûter très cher.

Le Costa Rica est un pays aussi étroit que la taille d’une jolie femme.

Proverbe Indien 

 

Depuis 2015, le Costa Rica tire presque toutes ses ressources de l’énergie géothermique, éolienne et hydraulique. Mais ce n’est pas encore assez pour ce petit Etat situé entre le Nicaragua et le Panamá et baigné par les océans Pacifique et Atlantique: d’ici à 2021, année du bicentenaire de son indépendance, le Costa Rica entend être le premier pays climatiquement neutre du monde, c’est-à-dire sans aucune empreinte CO2. Un objectif pour lequel s’engage aussi le nouveau président de centre gauche, Carlos Alvarado Quesada, au pouvoir depuis le mois de mai. L’ancien ministre de l’Environnement et du Travail veut bannir totalement les combustibles fossiles. Dans son discours inaugural, il a déclaré: «La décarbonation est la grande mission de notre génération.»

Les promenades à cheval le long des plages du Pacifique sont une acti­vité très appréciée.

Dans ce pays que l’on décrit comme «la Suisse de l’Amérique centrale» en raison de sa stabilité démocratique et, autrefois, économique, la vie n’est pas seulement plus durable, elle est aussi plus longue. Tout du moins sur la péninsule de Nicoya, qui fait partie de la «zone bleue», ces régions du monde où la longévité des habitants est très élevée. Cette espérance de vie extraordinaire, le chercheur Dan Buettner, journaliste au National Geographic, l’attribue au mouvement, à l’alimentation majoritairement végétarienne, à des contacts sociaux fournis et à un niveau de stress bas. «La grand-mère de mon ami a 102 ans. En ce moment, elle rend visite à ses filles de 70 ans qui sont toutes deux à l’hôpital», indique notre guide Marylin en riant aux éclats et en rejetant ses boucles brunes derrière ses épaules musclées. Il y a quinze ans, elle a déménagé de San José à Nosara, un village situé sur la côte pacifique. «J’adore surfer, et les conditions ici sont idéales toute l’année. Selon les plages, il y a des vagues rapides pour les pros et lentes pour les débutants.»

Le Costa Rica possède certains des meil­leurs spots de surf de la planète.

Moi aussi, je m’essaierai à la planche: Playa Guiones, longue de 6 kilomètres, n’est-elle pas l’une des dix meilleures plages du monde pour apprendre à chevaucher la vague? La seule chose à laquelle il faut faire attention, ce sont les raies, qui s’enfouissent dans le sable et représentent un danger caché. «Il faut toujours se déplacer en glissant les pieds, jamais en les levant!» Une fois, Marylin s’est fait piquer par l’un de ces poissons, une expérience qu’elle préférerait rayer de sa mémoire: «Les douleurs ont duré six heures… qui m’ont paru deux jours.» Frissons, fièvre, nausée, «et puis c’est passé, heureusement. Pura vida!» s’exclame notre guide dans un sourire. La devise du Costa Rica, qui signi e littéralement «pure vie», décrit en fait une attitude devant la vie, une façon d’être. On l’utilise pour saluer, prendre congé, ou pour répondre à toutes sortes de questions.

Celle qui me taraude, en ce moment, est la suivante: «Que faire si je tombe dans l’eau?» J’ai troqué ma planche de surf contre un kayak et je pagaie le long du Rio Nosara et du Rio Montana. Je traverse des forêts de mangrove et des îles de bois flottant que la mer a rejeté dans ces deux bras. Ensemble, les deux cours d’eau forment une lagune dont le delta est un véritable banquet pour les requins et les crocodiles. Et pour les pêcheurs à la mouche, les pescadores, qui jettent leurs lignes depuis la rive en accrochant des crevettes à leurs hameçons. Les épouses des pêcheurs les ramassent à la main et en remplissent de petits seaux. Les chalutiers commerciaux à crevettes, qui vident les fonds marins avec leurs grands filets, sont interdits depuis le début de l’année.

Ici, nous vivons plus intensément, passons beaucoup de temps dans la nature

«En ville, les gens sont assis derrière des écrans d’ordinateur et surfent sur internet. Ici, nous vivons plus intensément, passons beaucoup de temps dans la nature, à l’air frais», explique Marylin. Le rythme lent du quotidien est dû aussi à la course du soleil, qui s’extirpe de la nuit à 5h30 du matin pour replonger derrière l’horizon seulement douze heures plus tard. Non sans donner un spectacle rose, orange ou rouge vif, comme pour s’excuser de quitter déjà la scène. Tant qu’à faire les choses, autant les faire bien. «C’est la raison pour laquelle nous dormons beaucoup», dit Maryline en haussant les épaules. Pura vida.

Plaisirs de la baignade dans l’océan Pacifique sur la péninsule de Nicoya.

C’est Christophe Colomb qui, en 1502, a baptisé le pays Costa Rica, «côte riche». Il n’y trouva pas l’or espéré, certes, mais la nature du pays s’avéra être un véritable trésor, dont la préservation est également subventionnée par l’Union européenne. Pour chaque arbre qu’un propriétaire foncier plante, il touche un subside. But de l’opération: compenser le défrichage de la forêt tropicale, ce poumon vert à la respiration puissante, qui abrite tant de vie. Tout comme le parc national de Rincón de la Vieja, dans la province du Guanacaste. Je ne pourrai pas randonner jusqu’au volcan qui a donné son nom à la réserve, car celui- ci s’est échauffé il y a quelques semaines à peine, et a craché de la lave. Au lieu de cela, je me balade à son pied, et constate que ça bouillonne toujours dans les puits naturels. Une odeur de soufre flotte dans l’air humide, de la vapeur s’élève à travers les feuilles des figuiers géants, les fougères et les lianes. Au-dessus de nos têtes, des singes capucins à tête blanche se balancent de branche en branche; autour de nous, des colibris battent des ailes, et tout à coup, un Américain s’écrie: «Look!» Dans un tronc d’arbre évidé s’est lové un boa constrictor. Si le vert est bien la couleur de l’espoir, me dis-je, il n’y a aucun souci à se faire pour l’avenir du Costa Rica.

Se rendre en mini­taxi à la plage et prendre congé du soleil en sirotant un apéro.

Partir

EDELWEISS AIR

propose deux vols directs par semaine de Zurich à San José. Si­ non, il est possible de transiter par Madrid avec Iberia ou par Paris avec Air France.
flyedelweiss.com
, iberia.com, airfrance.com.


Dormir

THE HARMONY HOTEL

Il faut absolument se prélasser au bord de la piscine entourée de palmiers de cet hôtel design et chic à Nosara. Excellente cuisine, nombreux plats végéta­riens.
Double à partir de 270 fr.
harmonynosara.com

THE GILDED IGUANA

Il n’y a que quelques mois que ce petit bijou, entièrement transformé, a rouvert ses portes à Nosara. Ambiance surfo-décon­tractée dans un environnement splendide.
Double à partir de 160 fr.
thegildediguana.com

LAGARTA LODGE

Les propriétaires, suisses, du lodge sont tombés amoureux du pays il y a belle lurette. En achetant cet hôtel au­-dessus de Nosara, ils ont réalisé un de leurs rêves. La vue sur le Pacifique et la réserve naturelle est unique.
Double à partir de 250 fr.
lagartalodge.com

GRAND HOTEL SAN JOSÉ

Ce nouvel hôtel chic et étoilé au cœur de la capitale offre un emplacement idéal pour visiter la ville. Il appartient au groupe Hilton.
Double à partir de 189 fr.
curiocollection3.hilton.com

BUENA VISTA LODGE 

Certes, le chemin pour y arriver est cahoteux: il faut compter une petite heure sur une piste pierreuse. Mais, une fois au lodge, situé à proximité du Rincón de la Vieja, on est récompensée par la vue et les nombreuses activités proposées. Double à partir de 60 fr.
buenavistalodgecr.com


 

Visiter

RINCÓN DE LA VIEJA

Parc national dans le nord du Costa Rica. Le volcan est actif, la flore et la faune sont tout aussi impressionnantes.

 

CANOPY

Changement de perspective: foncez d’arbre en arbre, suspendue à un câble d’acier. Déconseillé aux personnes souffrant de vertige. Il existe une centaine d’endroits proposant du «canopy» au Costa Rica.

 

TUBING

Adrénaline garantie: sur un pneu gonflé, on dévale des torrents bon­ dissants, et même des chutes d’eau!

 

RÉSERVE NATURELLE D’OSTIONAL

Sur la péninsule de Nicoya, on peut observer presque toute l’année du­rant des tortues pondre leurs œufs. nicoyapeninsula.com/ostional

 

CARPE CHEPE

Marcos Pitti et son équipe guident les touristes à travers le quartier tendance d’Escalante, célèbre pour ses bistrots. On déguste de la bière dans de petites brasseries artisanales, toujours plus populaires au Costa Rica. L’agence propose aussi des excursions culturelles.
carpechepe.com


 

Manger

LA LUNA

Une situation imprenable au bord de la plage de Nosara. Et la cuisine est aussi bonne que la vue est belle.