15. Nov 2018

TEXTE DE

Bolero

PHOTOGRAPHIE DE

Oliver Pilcher

Évasion: l’Écosse a le vent en poupe

  • Partager

A la mi-septembre, l’illustre Victoria and Albert Museum de Londres a ouvert une antenne à Dundee. Cette paisible petite ville portuaire espère un «effet Bilbao».

Vue de Law Hill sur l’embouchure du fleuve Tay.

Ils se prénomment Petko, Anisha et Gerard, sont de nationalité bulgare, indienne et néerlandaise, et font partie des quelque 17 000 étudiants de Dundee. On en croise un peu partout, puisqu’ils ont des jobs dans les bars, commerces et hôtels, ou sont attablés dans le décor vert pistache du café Pacamara, en train de remuer un cappuccino merveilleusement crémeux. «L’université est ancienne et bien cotée, les gens sont très accueillants et la météo est plus clémente qu’on pourrait le croire», explique Francesca, étudiante en design originaire de Rome. Elle a découvert Dundee après la nomination de la ville au rang de City of Design par l’Unesco en 2014 et son entrée dans le petit club des lauréates comme Berlin, Bilbao ou Buenos Aires.

L’université a été fondée en 1881.

C’est à ce moment-là que la ville portuaire écossaise a fait sa grande entrée sous les projecteurs, s’assurant du même coup une subvention européenne d’un milliard de livres sterling, qui a été directement investie dans le réaménagement des rives du Tay longtemps négligées. Une des nouveautés est donc le V&A Dundee, dont l’ouverture a été célébrée à la mi-septembre avec un concert des Pretenders, de KT Tunstall et des Simple Minds, ainsi qu’une exposition sur les paquebots transatlantiques importée de la maison mère londonienne. «À présent, bien plus de gens vont venir découvrir Dundee, et admirer combien cette ville est fantastique!» s’enthousiasme Francesca.

Elle n’est pas la seule à être de cet avis. L’année passée, Dundee a fait sensation, car le prestigieux Wall Street Journal l’a décrite comme «la plus cool des villes d’Écosse» et l’a incluse dans sa liste des dix «destinations hot» pour 2018. Mais lorsqu’on s’y rend pour la première fois et que l’on traverse la High Street centrale avec son gigantesque Overgate Shopping Center et ses filiales H&M, KFC et Tesco Express, on est en droit de s’étonner: qu’y a-t-il donc de si «hot» ou de si «cool» dans cette ville de 150 000 habitants qui semble au mieux se situer dans la moyenne?

Le musée The McManus présente une imposante architecture.

En effet, Dundee n’est pas vraiment une destination coup de foudre. On y arrive généralement en train en venant d’Edimbourg, un trajet qui se termine par la traversée du célèbre pont ferroviaire du Tay, construit en 1887 et long de 3,5 kilomètres. On aperçoit tout d’abord des chantiers, des grues portuaires et des docks assez moroses. Toutefois, la nouvelle attraction est, elle, aussi visible depuis le pont. Juste à côté du plus que centenaire RRS Discovery, navire à voiles conçu pour la recherche en Antarctique construit à Dundee et transformé depuis quelques décennies en musée ottant dans un bassin taillé sur mesure, le bâtiment du V&A Museum de Dundee se dresse à présent, dans son manteau gris fait de 2500 plaques de béton. Selon son concepteur, Kengo Kuma, star japonaise de l’architecture, les textures sombres, les fissures et les aspérités de sa création aérodynamique rappellent les falaises des côtes environnantes, mais la forme du bâtiment évoque plutôt une embarcation celtique surdimensionnée. Quoi qu’il en soit, le complexe muséal passe sans conteste pour le nouveau point fort de la ville. «Nous prévoyons que le musée attirera au moins 350 000 touristes par an à Dundee», estime le directeur écossais du musée, Philip Long. «Le V&A doit être à Dundee ce que le Guggenheim est à Bilbao: une incitation à venir découvrir la ville.» Et comme à Bilbao, on ne visitera pas uniquement le musée, mais on en profitera pour voir d’autres choses. Si possible pas sur les quais, car si c’est bien là qu’ont été effectués les remaniements et améliorations les plus visibles, le charme de Dundee se trouve ailleurs.

Richard Cook devant sa boutique de lunettes Spex Pistols.

Par exemple à West Port, une minuscule enclave branchée dans la partie ouest de la ville, où différents commerces et établissements chics et excentriques se sont installés ces dernières années. Il y a sept ans, l’un des premiers à s’implanter dans ce quartier alors plutôt excentré fut l’opticien Richard Cook. «Les vieilles maisons me plaisaient, et le loyer était abordable», explique-t-il. Sa boutique de lunettes Spex Pistols ne mesure que quelques mètres carrés, mais elle est souvent pleine à craquer. C’est ici que les designers, musiciens et jeunes filles du voisinage se procurent des lunettes de soleil pop à montures vintage des années 70 ou un modèle spécial de la ligne maison faite à la main, Wild and Lonely. On y trouve des lunettes Face à Face de Paris, les modèles Vogue dessinés par le mannequin Gigi Hadid et des Ray-Ban rares, «qui représentent toujours nos meilleures ventes», ajoute le sympathique propriétaire du magasin.

A midi, il n’a qu’à traverser la rue pour espérer trouver une place assise dans le tout aussi minuscule café The Parlour, qui propose de succulents sandwichs, salades et soupes. «Richard fait partie de nos tout premiers clients, se souvient la patronne, Gillian Veal, en préparant une pâte à gâteau dans la cuisine ouverte. Depuis le début, il est venu presque quotidiennement, et un jour il a vu le panneau «À LOUER» sur la maison d’en face. C’est ainsi qu’il est devenu notre voisin.» Depuis, une demi-douzaine d’autres établissements à la mode se sont installés dans le quartier, du bar à cocktails chic Tom’s au restaurant The D’Arcy Thompson, qui dispose d’une jolie salle où l’on mange très bien, en passant par le pub décontracté The Tinsmith.

Dans sa boutique, la styliste locale Hayley Scanlan vend ses propres collections.

De West Port, il faut prendre l’étroite Small’s Wynd, qui traverse le campus universitaire et longe quelques vénérables villas élégantes, pour atteindre Perth Road, connue pour ses établissements estudiantins multiculturels, ses magasins de seconde main et ses bars souterrains branchés. C’est ici que la styliste la plus célèbre de Dundee, Hayley Scanlan, a sa boutique. De petits magasins d’alimentation vendent des pommes bios, du fromage de brebis écossais et du pain fait maison. Même un vieux pub traditionnel s’est adapté à sa jeune clientèle: il appartient au Dundonien Mark Usher, qui a vécu deux décennies à Londres et y a dirigé plusieurs établissements connus, notamment le Fabric, élu plusieurs fois meilleur night-club du monde, où des stars comme Will Smith ou les Daft Punk faisaient la fête. En 2013, il est retourné à Dundee pour y ouvrir son propre établissement. «Dundee est une ville très différente aujourd’hui, dit-il, rien qu’au cours des années qui ont suivi mon retour, elle est devenue bien plus cosmopolite. Les gens ont plein d’idées nouvelles, et ils ne font pas qu’en parler, ils les réalisent. J’apprécie faire partie de cette évolution.»

Nous sommes tous très excités, parce que ça bouge beaucoup!

C’est aussi l’avis d’Elaine Gray, gestionnaire de vente à l’hôtel Indigo qui a ouvert ses portes début juillet. Comme Mark Usher, elle est de retour à Dundee: d’une part parce que, avec deux enfants en bas âge, elle voulait se rapprocher de sa famille, d’autre part parce que la ville lui offrait soudain des possibilités qui ne se présentaient pas auparavant. «Nous sommes tous très excités, parce que ça bouge beaucoup, dit-elle, j’ai toujours espéré voir à Dundee cette atmosphère de renouveau.» L’hôtel où elle travaille est très symbolique à cet égard: il occupe une ancienne usine de jute, dans un imposant bâtiment bicentenaire qui était tombé en ruine et à l’abandon sur un terrain totalement sauvage, dans la partie est de la ville. Vingt-trois millions de livres ont été investis dans une rénovation soigneuse, et aujourd’hui l’hôtel présente de nombreux témoignages de la riche histoire culturelle de la ville: son look industriel, mais aussi les outils exposés partout, liés non seulement à l’industrie du jute, mais aussi à d’autres branches de l’économie.

Avant de devenir un haut lieu du traitement du jute, Dundee vivait de la pêche: au milieu du XVIIIe siècle, la Dundee Whale Fishing Company possédait l’une des plus grandes flottes de chasse à la baleine du monde. À la même époque s’est aussi développée l’industrie de la marmelade d’orange, une confiture douce-amère qui aurait été inventée par hasard à Dundee avant de devenir un succès international. Idem pour les comics de la maison d’édition plus que centenaire DC Thomson et pour les jeux informatiques Lemmings, Minecraft et Grand Theft Auto, qui ont été conçus à Dundee.

Fin de journée au West House Bar.

Aujourd’hui, la ville peut en outre se prévaloir d’un florissant festival de littérature, du seul théâtre à répertoire d’Écosse et du centre culturel Dundee Contemporary Arts. Son ouverture sur le monde se révèle aussi dans l’exposition inaugurale du V&A, Ocean Liners: Speed and Style, venue de Londres, qui met à l’honneur la vie et le style à bord des premiers paquebots transatlantiques. Mais le musée veut aussi développer une affiche plus locale; ainsi, les Scottish Design Galleries présentent l’histoire riche, complexe et assez mal connue du design écossais.

La Romaine Francesca a décidé de rester encore un peu à Dundee. «J’ai presque terminé mon master, mais ce serait dommage de quitter la ville maintenant, explique-t-elle, ces prochaines années seront certainement passionnantes.» Si elle ne décroche pas immédiatement un poste dans le design, elle peut déjà trouver un job dans l’hôtellerie: «Il y aura certainement un grand besoin de nouveaux collaborateurs, car la ville a le vent en poupe à présent. Les gens vont venir voir ce qui se passe chez nous.»

Si les Highlands ne sont pas visibles, le paysage autour de Dundee est tout de même d’un vert abondant.

Voyager

Vol direct de Genève à Edimbourg avec easyJet, puis voyage en train. easyjet.com, scotrail.co.uk


 Dormir

INDIGO

102 chambres et suites de conception moderne dans une ancienne usine de jute soigneusement rénovée.
Chambre double dès 95 fr.

MALMAISON

Le premier hôtel-boutique de Dundee a ouvert il y a environ quatre ans dans un bâtiment historique dont la vue donne sur le front de mer.
Chambre double dès 74 fr.

TAYPARK HOUSE

Six chambres individuelles dans une maison de maître érigée en 1863 au cœur d’un magnifique jardin. Le Gin Bar est également apprécié des locaux. 
Chambre double dès 120 fr.


Manger

THE WHITE GOOSE

Nouveau restaurant au look industriel. Bons burgers et steaks, mais aussi de délicieux calamars au chili avec mayonnaise à l’ail. 

THE D’ARCY THOMPSON

Etablissement à la belle ambiance de bistrot décontracté. À la carte, les grands classiques des pubs et des créations innovantes comme le «shepherd’s pie», le curry à la patate douce et pois chiches ou la salade niçoise au saumon. 

THE TAYBERRY

Cuisine gastronomique sur les dunes de l’ancien village de pêcheurs Broughty Ferry. La carte est restreinte et le chef Adam Newth mise sur les meilleurs produits locaux.

JUTE CAFÉ BAR

Il est possible de boire un café ou un cocktail au restaurant chic mais sans chichi du centre DCA, mais on y mange aussi très bien, sur la terrasse par beau temps. 

TAILEND

Restaurant familial depuis quatre générations proposant les meilleurs «fish & chips» de la ville, croustillants à souhait. 

PACAMARA

Sympathique petit café avec le meilleur cappuccino de la ville. Les croissants et les tourtes maison sont aussi délicieux que les sandwichs et burgers. 

THE PARLOUR CAFÉ

Bien branché et toujours plein, que ce soit le matin pour le pe- tit-déjeuner ou à midi pour une soupe lentilles-carottes, une tortilla à la patate douce ou un sandwich Reuben grillé. 58 West Port, tél. +44 13 82 20 35 88

GEORGE ORWELL

Intérieur à l’ancienne avec ban- quettes de cuir rouge et boiseries sombres, public jeune et très bonne musique. 168 Perth Rd, tél.+447958971847

THE KING OF ISLINGTON

S’il est possible d’y manger, la plupart des gens y viennent pour l’intérieur fantastique, le personnel accueillant et les délicieux cocktails. 

DRAFFENS

Ce petit bar à cocktails bien plan- qué qui se donne d’amusants airs clandestins n’a pas de pancarte nominative pour indiquer l’entrée: il faut suivre la rumeur et les notes de jazz.
Adresse: Couttie’s Wynd


Visiter

V&A DUNDEE

Le 15 septembre a ouvert à Dundee cette antenne du célèbre Victoria and Albert Museum de Londres. Le bâtiment spectaculaire a été conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma, dont c’est le premier projet réalisé en Grande-Bretagne. Il abrite aussi un café et un restaurant. 

DUNDEE CONTEMPORARY ARTS

Le centre DCA expose de l’art contemporain, des expositions temporaires et comporte aussi deux salles de cinéma. 


Shopper

SPEX PISTOLS

Minuscule boutique de lunettes avec un très beau choix. Le propriétaire Richard Cook étudie aussi toute demande particulière et propose des montures uniques personnalisées. 

HAYLEY SCANLAN

La petite boutique de la plus célèbre styliste de Dundee propose des robes courtes,
des chemises à fermeture éclair et des sacs en toile. Le tout handmade in Dundee. 


Infos

Pour plus d’informations sur Dundee et l’Ecosse, rendez-vous sur visitbritain.com