© Thomas Rousset

17. Jan 2017

TEXTE DE

Séverine Saas

Expogram: les toiles synthétiques de Thomas Rousset (derniers jours)

  • Partager

La tendance nous avait échappé: depuis deux ans, les maillots de foot bariolés fluo sont devenus incontournables dans les banlieues françaises. Made in Thailand, ces t-shirts synthétiques sont imprimés en France d’un logo d’équipementier de motocross comme Yamaha, KTM ou TMAX, puis revendus à petit prix par des marques comme Cadenza ou 90 Minute (sans s). C’est tape-à-l’oeil, confectionné dans un polyester bon marché et franchement moche. Cerise sur le fashion faux-pas, ces maillots ne correspondent à aucune équipe de foot réelle. Ce sont des fakes qui imitent les tuniques officielles des grands clubs européens, des copies conçues comme de simples objets de mode.

Galerie

Pour “Cadenza”, son expo solo organisée jusqu’au 28 janvier à la galerie Forma, à Lausanne, le photographe français Thomas Rousset a décidé de s’approprier l’esthétique absurde de ces contrefaçons. “Allez-savoir pourquoi, cela fait des années que je collectionne les faux maillots de foot. J’en ramène de chacun de mes voyages en Asie ou en Amérique du Sud. J’aime qu’ils soient les plus mal faits possible!”, s’amuse ce Lausannois d’adoption. Preuve que la rue reste l’un des meilleurs laboratoires créatifs en matière de mode, le collectif français Andrea Crews ou Louis Vuitton se sont aussi mis à détourner les codes hyper flashy des maillots de foot. Dans une approche plus artistique et narrative, Rousset a, lui, taillé dans le vif synthétique des tuniques, qu’il a ensuite cousues et tendues sur châssis.

Déroutantes, ses compositions en tissu jouent le mimétisme avec la peinture et laissent apparaître des formes circulaires claires-obscures. Lune ou soleil? Cette “collection Rousset” est complétée par d’inquiétants hameçons vêtus de lambeaux synthétiques. Plutôt que de les entériner, l’artiste détourne ainsi les archétypes présents dans les banlieues pour tisser un récit fantasque et insouciant. Une véritable poésie du bitume.

“Thomas Rousset: Cadenza”, jusqu’au 28 janvier
Galerie FORMA art contemporain et cabinet d’expertise
Rue de Genève 21, Lausanne
ma-sa 13h30 – 18h et sur rendez-vous
Site du photographe: www.thomasrousset.com