wpid-20150911_011623

15. Sep 2015

TEXTE DE

Estelle Lucien

FASHION WEEK DE NEW YORK : DE MARC JACOBS AU SEPTIÈME CIEL DU BOOM BOOM

  • Partager

Galerie

Retrouvez chaque jour les aventures d’Eileen Hofer à la Fashion Week de New York. A découvrir également sur son blog.

Ce soir, je dîne au Standard Grill, the place to be durant la Fashion Week de New York. Mais avant cela, direction la boutique Marc Jacobs sur Bleecker street. Les auteurs Roger et Mauricio Padilha y présentent « Gloss ». Ce livre célèbre le travail photographique des années 70 de Chris von Wangenheim.

Les pages en papier glacé de cette première monographie sur l’artiste regorgent de clichés où sexe rime avec violence et glamour. C’était l’époque des excès, de « Deep Throat », du punk et du porno. Aujourd’hui, pour célébrer le lancement du livre, des asiatiques pudiques viennent saluer les auteurs sous le crépitements des flashes.

Une dame, un brin âgée, m’approche tandis que j’attrape au vol une coupe de champagne. Apparemment, j’ai l’air de m’ennuyer ce qui n’est pas si faux. Elle me demande ce que je fais dans la vie. Je ne sais jamais quoi répondre à cette question : « En ce moment, je voulais me trouver un mari mais j’hésite à m’acheter un chien. »

Je lui explique que je fais aussi des films. Elle se met à mordiller le bord de son verre, j’ai peur qu’elle s’ouvre la lèvre en faisant cette moue étrange et la voilà qui me lâche qu’elle est actrice. Je pose ma coupe à peine touchée sur un présentoir transparent et d’un air pincé lui dis poliment au revoir. Je n’aime pas trop les actrices. Je ne sais jamais quoi leur dire.

Au standard Grill, l’architecte d’intérieur, Yvan Prokesh, est une star. Du moins, il connaît suffisamment bien le vice-président des ventes de l’établissement. Du coup, une bouteille de Veuve Clicquot flanquée de ses copines les douze huitres nous attendent à notre table. « On a la meilleure table du restaurant, c’est celle de Madonna ! », lâche Yvan ravit.

Durant cette semaine, je loge chez lui avec Emmanuel Coissy, le chef de la rubrique Lifestyle de « 20 Minutes ». Les deux sont mes pères d’adoption. Le matin, tandis que l’un repasse, l’autre prépare du jus de kale et sert un bircher muesli revisité par ses soins aux graines de chia. C’est bon pour le côlon, semble-t-il. Ils décident ensuite d’un commun accord de ma tenue du jour avant de me donner mon petit sac d’école et une pomme. « Vole, petit oiseau, vole! » C’est dur de se sentir aimée.

Histoire de parfaire la soirée on rejoint le Soho Club mais là, la règle est claire. Le selfie is not welcome. Pas de photos autorisées à l’intérieur du bâtiment de quatre étages réservés à des membres triés sur le volet. Ces derniers s’affranchissent annuellement d’une modeste somme de 2000 USD pour y accéder en tout temps. On patauge l’été dans la piscine sur le rooftop, on y dîne en hiver et le reste de l’année on se retrouve entre gens bien pour y siroter un cocktail et espérer, peut être, y rencontrer l’âme sœur. Bon, j’avoue, en toute honnêteté, que ce n’est pas trop ma tasse de thé. Je dévisage les hommes et ne peux m’empêcher de penser au flamboyant golden boy de Wall Street dans « American Psycho » de Bret Easton Ellis. Ce Patrick Bateman, qui tue, décapite et éventre les personnes qu’il ramène dans son appartement de luxe.

Voilà qu’on doit déjà repartir: ouf! Je ne mourrai pas ce soir. Nous sommes sur la guest list du Boom Boom Room, le rooftop le plus sophistiqué de New York. En fait, c’est son petit nom car depuis il a été rebaptisé The top of the Standard. Il y a deux ans, je couvrais une soirée Dom Pérignon à SoHo. Comme on voulait boire encore un verre, on était aussi venu là et voilà qu’on s’était retrouvé à partager l’ascenseur avec Lou Reed.

Son coude touchait le mien durant 20 étages. 20 étages d’apnée à ne pas oser lui susurrer « Hey, honey, take a walk on the wild side. » Il est mort quelques mois plus tard. Au bar, Redley Exantus est aussi là. C’est une créatrice de mode originaire de New York qui vit depuis une dizaine d’années en Suisse et qui a malheureusement arrêté de travailler dans la mode. Depuis que je la connais, on a fait les 400 coups un peu partout dans le monde. On avait même fêté notre anniversaire commun ensemble dans une galerie d’art contemporain à Genève: de 20h à 8h du matin, chaussées sur 11 cm de talons.

Redley m’avait aussi prêtée une robe de sa dernière collection pour la closing party de la Fashion Week de Paris à l’Observatoire. J’y étais allée avec les DJ Luluxpo. Je me suis rendue compte, ce soir-là, que je n’entrais plus dans du 38. Du coup, j’étais tellement à l’étroit que je montais les marches en X et à la vitesse lumière d’une tortue, un peu comme Zahia engoncée dans une robe taille 32. Aujourd’hui, je rentre limite dans du 40. Triste destin.

 

  • Tag: