Christian Gonzenbach, Machines  2, Château de Gruyères
©Christian Gonzenbach

04. Aug 2016

TEXTE DE

Estelle Lucien

Gonzenbach fait chuter Rome à Gruyères

  • Partager

L’artiste genevois Christian Gonzenbach a investi le Château de Gruyères. Il y a installé des machines, des vestiges, et des ustensiles qu’on croit sortis d’un autre âge, qui semblent familiers, mais qui sont de pures créations. L’illusion est parfaite, l’effet troublant.

Galerie

Les visiteurs qui franchissent l’entrée du Château de Gruyères tomberont sur de monumentales machines et ne seront peut-être pas très surpris au premier abord. Dans la cour, des construction en bois, font penser à des machines de guerre sorties du Moyen-âge. A moins que ce ne soit une version géante de jeux de construction pour enfant? En réalité il s’agit de pièces dessinées et bâties par un artiste. Christian Gonzenbach est l’invité du monument gruyérien jusqu’au 30 octobre avec une exposition intitulée La chute de Rome. Le Genevois s’attache à questionner le monde qui nous entoure, et à pointer ses zones floues entre le normal et l’étrange. Son intervention au Château de Gruyères s’inscrit parfaitement dans cette démarche. Ses  “vestiges” ou  ‘”ustensiles” semblent tout droit sortis de fouilles archéologiques car alignés et présentés comme telles. A y regarder de plus près, on a envie de dire “ça colle pas”. Christian Gonzenbach joue de la surprise, du paradoxe et de l’illusion. On s’y fait prendre et on adore ça. 

Christian Gonzenbach, La Chute de Rome, jusqu’au 30 octobre 2016, Château de Gruyères, Rue du Château 8, Gruyères, 026 921 21 02. chateau-gruyeres.ch