07. Aug 2018

TEXTE DE

Jena Williamson

Last call: cinq expos à voir avant qu’il ne soit trop tard

  • Partager

Le temps file et vous vous étiez promis d’aller voir ces expos. Vite elles se terminent à la fin du mois. Notre sélection des accrochages à ne pas manquer dans la région. 

Bâle: Bacon – Giacometti

Alberto Giacometti, “Caroline”, 1961
Fondation Beyeler, Riehen/Basel, Beyeler Collection
© Succession Alberto Giacometti/2018, ProLitteris, Zurich
Photo: Robert Bayer
Francis Bacon, “Portrait of Michel Leiris”, 1976
Centre Georges Pompidou, Musée National d’Art Moderne,
Donation Louise et Michel Leiris, 1984
© The Estate of Francis Bacon. All rights reserved / 2018, ProLitteris, Zurich
Photo : © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand-Palais / Bertrand Prévost

La Fondation Beyeler à Riehen, confronte les œuvres de deux artistes marquants du XXe siècle: Alberto Giacometti et Francis Bacon. À première vue très différents, les travaux de ces deux monstres sacrés de l’art du XXe siècle, se rejoignent dans leur façon d’utiliser la figure humaine comme motif majeur de leur recherche artistique. En plus d’observer leurs travaux, vous pourrez découvrir les ateliers de ces créateurs, qui ont été reconstitués  en taille réelle. Le dialogue entre le Suisse Giacometti et l’Anglais Bacon est illustré par une centaine de peintures et sculptures provenant de différents musées prestigieux qui n’attendent que d’être découvertes ou redécouvertes ici. 

Jusqu’au 2 septembre


Genève: Hodler et le «Parallélisme» 

Ferdinand Hodler, “Le Lac de Thoune et la chaîne du Stockhorn” ,1905 Collection Christoph Blocher
© SIK-ISEA, Zürich (Philipp Hitz)

À l’occasion du centenaire de la mort de Ferdinand Hodler, l’exposition «Parallélisme» au Musée Rath, organisée conjointement par le Kunstmuseum à Berne et les musées d’art et d’histoire de Genève nous invite à considérer l’oeuvre du peintre suisse sous l’angle du parallélisme. Cette notion traverse l’œuvre de l’artiste à la fois dans la construction de ses tableaux, orchestrée autour de sa vision du monde et de la nature, mais aussi dans la continuité de sa production artistique. 

Jusqu’au 19 août 


Lausanne: le pistolet imprimable au Mudac

Ted Noten, “UziMonAmour”, 2012
© Ted Noten

Pour la toute première fois en Suisse, une exposition est consacrée à l’univers des armes à feu à travers leur histoire et leur design. C’est au Mudac de Lausanne qu’on peut découvrir l’ambiguïté de ces objets à la fois répulsifs et fascinants. «Ligne de mire» nous offre une réflexion autour d’un sujet de société qui fait régulièrement la une de l’actualité, comme la question du premier pistolet imprimable en 3D chez soi, le “Liberator” qui fait partie de l’exposition lausannoise. Le créateur de cet objet polémique est Cody Wilson, un étudiant en droit texan, qui a mis en ligne le mode d’emploi en 2013. Après 5 ans de bataille judiciaire, le pistolet de 9mm a failli ne plus être interdit, mais le 1 août dernier, l’autorisation a été temporairement suspendue par les autorités américaines. 

Jusqu’au 26 août 


 

Genève : L’amour est au rendez-vous

François-Edouard Picot,
“L’Amour et Psyché”, 1817
Donation Émile Chambon au Musée de Carouge (l’œuvre
faisait partie de la collection de l’artiste)

L’amour est au centre de l’exposition «I love Musée de Carouge» à Genève. Pour l’occasion, plusieurs personnalités suisses ont été invitées à choisir une œuvre coup de cœur parmi les 5000 pièces qui constituent le patrimoine du musée. Cet évènement n’illustre pas seulement les sentiments amoureux, mais «l’amour» dans un sens plus large: l’amour de l’art et des belles choses. À travers ce concept original, vous pourrez admirer une grande diversité de pièces, peintures, faïences, sculptures etc, dont celles qu’a choisie Estelle Lucien, responsable de l’édition romande Bolero: des dessin de Christa de Carouge, disparue en janvier dernier qui sera le sujet de la prochaine exposition du Musée de Carouge!

Jusqu’au 2 septembre


Genève : Une promenade inédite

Ugo Rondinone, “Flower Moon”, 2011 courtesy of Esther Shipper and Eva Presenhuber
© photo Julien Gremaud

Cet été, quatorze œuvres occupent le parc des Eaux-vives, à Genève, à l’occasion de la première Biennale de sculpture. Qu’elles soient connues ou méconnues, en harmonie ou non avec le paysage, vous pourrez venir observer ces pièces monumentales lors d’une balade dans l’un des plus beaux parcs de la cité de Calvin. Cette exposition fait suite à l’initiative d’artgenève de présenter des sculptures dans les lieux publics de la ville. L’évènement s’accompagne aussi de performances, les prochaines ont lieu le samedi 28 août à 18h et le mardi 4 septembre à 18h et 21h.

Jusqu’au 8 septembre