vcwba

20. Nov 2017

Publireportage

Qui pour le Veuve Clicquot Business Woman Award?

  • Partager

La maison Veuve Clicquot est la deuxième entreprise productrice de champagne du monde, connue pour la qualité incomparable de son champagne. Elle doit son succès à Madame Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin (1777-1866), qui fit de la petite entreprise de son époux, après la mort de celui-ci, une des premières du secteur au niveau mondial. Le Veuve Clicquot Business Woman Award a été créé à l’occasion du 200e anniversaire de la marque. Cette distinction récompense les femmes qui, par leur créativité, leur passion, leur courage et leur flair entrepreneurial, empruntent la même voie qu’en son temps la veuve Clicquot.

Trois candidates seront présentes à la finale qui se tiendra le 30 novembre à Zurich. Le jury, composé de sept entrepreneurs comme le CEO de Bulgari, Jean-Christophe Babin, le rédacteur en chef du Temps, Stéphane Benoit-Godet, la fondatrice de Vestalia Vision, auteure de best-sellers et docteure en philosophie Sonja A. Buholzer et la rédactrice en chef de Bolero/Style, Sabina Hanselmann-Diethelm, n’aura pas la tâche facile pour les départager:

KamilaMarkram
Kamila Markram, 41 ans, a fondé en 2008 avec son mari Henry Markram un modèle de science ouverte innovant à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Celui-ci donne accès aux découvertes scientifiques du monde entier, et accélère ainsi non seulement les innovations scientifiques et techniques, mais également le progrès social et la croissance économique.

C’est un très grand honneur pour moi d’être en finale du business woman award. les femmes entrepreneures ont heureusement la tâche plus facile aujourd’hui qu’il y a encore 50 ans, mais nous le devons uniquement à des personnalités comme madame clicquot, qui ont ouvert la voie et défriché le terrain pour nous.

Son entreprise Frontiers emploie aujourd’hui plus de 300 collaborateurs. Le siège est à Lausanne, et la société possède des bureaux à Madrid, Londres, Bruxelles, Seattle, Thiruvananthapuram et Pékin.


 

BarbaraLax

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fondatrice de Little Green House, Barbara Lax, est également en finale. Agée de 44 ans et mère d’une fille, elle est confrontée au même problème qu’à son époque Barbe-Nicole Clicquot:

Elle était entrepreneure et mère à la fois, un modèle pour la famille moderne. nous développons des solutions pour celle-ci, justement, en bâtissant un pont entre le monde de l’entreprise et le monde social. c’est la raison pour laquelle je suis très heureuse de ma nomination.

Son concept d’un encadrement durable et pédagogique des enfants est en plein essor: Little Green House, avec ses 120 employés et ses 600 clients, a été classé à la 12e place des «champions de la croissance 2017» par la Handelszeitung et Le Temps.


AliseeDeTonnac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La troisième candidate au Veuve Clicquot Business Woman Award n’a que 29 ans, mais Alisée de Tonnac avait un peu plus de la vingtaine quand elle a compris qu’elle ne s’épanouirait pas dans sa carrière de chef de produit pour le groupe L’Oréal. Inspirée par la phrase d’Eleanor Roosevelt,

FAITES CHAQUE JOUR QUELQUE CHOSE QUI VOUS FAIT PEUR,

 

elle a donné sa démission pour fonder Seedstars World. Aujourd’hui, six ans plus tard, Seedstars est le plus grand concours pour les start-up dans les pays émergents, et il se déroule dans plus de 80 villes. Alisée de Tonnac considère sa nomination à l’Award comme une opportunité: «Madame Clicquot a inspiré son époque et a été un modèle pour les femmes occupant des positions dirigeantes. Je pense qu’il est de mon devoir de raconter ma propre histoire, qui inspirera à son tour d’autres femmes, je l’espère. Et leur donnera peut-être le courage et la confiance en elles nécessaire pour créer une entreprise.» Laquelle de ces trois femmes de tête saura convaincre le jury lors de la finale, nous le saurons dans deux petites semaines. Une chose est sûre: toutes les trois auraient mérité la récompense.

  • Tag: