12. Sep 2018

TEXTE DE

Melissa Kilickaya

SWISS MADE: L&Cuir

  • Partager

Louise De Bergh produit entièrement des sacs à l’esprit gavroche sous le label L&Cuir. 

Galerie

C’est dans son bel appartement surplombant le lac à Saint-Saphorin, dans le cadre idyllique de Lavaux, que Louise De Bergh nous accueille pour parler de L&Cuir, la marque d’accessoires en cuir qu’elle a créée il y a bientôt deux ans. Au départ, rien ne prédestinait la jeune Française, née à Versailles, à se tourner vers l’artisanat. «J’ai essayé la voie académique familiale, mais, trop perfectionniste, je n’arrivais pas à m’arrêter, j’étais très malheureuse. En faisant un travail manuel, on peut penser à autre chose une fois la pièce terminée. J’y vois un côté onirique qui me plaît énormément.»

Pendant l’été 2016, en séjour à Madagascar pour des ONG, Louise multiplie les rencontres significatives. Elles la mèneront vers l’artisanat du cuir. «J’ai discuté avec plusieurs personnes des méthodes de tannage végétal à l’écorce de chêne. Je sentais que c’était le cuir que je devais travailler, comme si cette matière m’appelait.» Elle décide de se former au métier de sellier aux Ateliers Grégoire, à Paris, pour ensuite rejoindre son conjoint en Suisse. «Ici, j’ai noué une grande amitié avec un artisan du cuir, Christophe Seewer. J’ai pu développer ma créativité et l’identité de L&Cuir.» Soucieuse de l’environnement, l’artisane n’utilise aucune machine, n’a pas de smartphone et achète rarement des vêtements; elle souhaite œuvrer à l’inverse des grandes industries. «J’ai envie d’utiliser le moins d’énergie possible, autre qu’humaine.»

LE PETIT POSTIER
Vachette tannage végétal et veau, 24×18 cm
dès 200 fr.
©L&Cuir

Louise De Bergh s’inspire en regardant ce que portent les gens dans la rue, «à la gare» déclare-t-elle, mais elle ne cherche pas à suivre les tendances. «J’aime tellement les couleurs que je ne me demande pas si c’est in! Je pense que mes sacs plaisent car mes clients sentent l’amour et la passion que je mets dans mes créations.» Que ce soit pour un modèle de sa collection ou une commande faite sur mesure, les clients sont invités à passer à l’atelier afin de voir l’artiste à l’œuvre. En teintant elle-même ses cuirs, Louise propose des pièces uniques. «J’ai un réel plaisir à appliquer mes teintures à la main, la luminosité apportée aux peaux, neutres de base, me fait plaisir!»

Les sacs créés par Louise sont cousus à la main avec du l poissé à la cire d’abeille pour que les coutures tiennent longtemps. L’artisane passe en moyenne trois jours sur un sac. On craque pour son modèle signature: le Petit Postier. Tellement vintage avec son allure de cartable d’école! Son prix? Dès 200 francs pour un modèle imaginé par la créatrice. De la forme à la doublure en passant par le choix d’un motif à graver sur le cuir, la jeune artisane de 24 ans réalise sur mesure les envies de sa clientèle. Elle part prochainement en Guinée, l’occasion pour elle d’apporter une touche d’exotisme à ses créations.

Retrouvez L&Cuir au marché de la Palud
chaque mois à Lausanne

ou sur www.lcuir.com
et à l’atelier de Saint-Saphorin, sur demande.