03. Sep 2018

TEXT VON

Bolero

Mode Suisse fait son show à Zurich

  • Share

Après son escale orchestrée par Septième Etage à la librairie de l’Ile à Genève avec une sélection de créations, Mode Suisse s’installe à Zurich à l’occasion du défilé qui aura lieu ce soir au musée du design. Pour la 14e fois, Mode Suisse offre aux créateurs helvètes une plateforme pour présenter leurs collections. 

Par Laura Catrina et Samuel Müller 

Galerie

Tandis que des villes comme Paris, Londres ou même Berlin et Copenhague possèdent leur propre Semaine de la mode, il a longtemps manqué en Suisse un soutien concret aux créateurs du pays. Yannick Aellen voulait changer cela. En 2011, le Bernois de 41 ans, qui avait déjà œuvré à l’international en tant que producteur de spectacles et directeur de castings, a créé Mode Suisse. Tous les six mois, il invite des marques suisses à présenter leurs dernières collections dans un défilé de mode et un show-room. L’événement se tient la plupart du temps à Zurich, parfois à Genève ou dans des métropoles internationales comme Pékin ou Paris, où Mode Suisse est aussi présente avec DACH Showroom (Allemagne, Autriche et Suisse). Un jury de professionnels examine les candidatures en amont, et choisit les collections les plus originales. Aujourd’hui, la plateforme est devenue le rendez-vous No 1 de la branche en Suisse, et elle offre aux créateurs la possibilité de se faire connaître au niveau national et international et de nouer des contacts avec la presse, les acheteurs et d’autres experts de la mode.

Du 3 au 4 septembre, Mode Suisse se tiendra pour la 14e fois déjà. Douze labels, au nom célèbre ou encore inconnu, participeront cette année au défilé. Parmi eux: Jacqueline Loekito, Julia Heuer, Julia Seemann, Mourjjan de Roland Rahal et Michael Muntinga, Nina Yuun, Vanessa Schindler, Weer de Karin Lorez avec la participation de Sol Sol Ito, Ivy d’Yvonne Reichmuth ainsi que des étudiants des deux écoles suisses de design de mode – la HEAD, à Genève, et l’Institut Mode-Design de la FHNW, à Bâle – qui présenteront leurs travaux de diplôme. Le couturier zurichois Julian Zigerli, tout comme Collective Swallow d’Anaïs Marti et Ugo Pecoraio, ne montrera pas sa collection lors du défilé, mais uniquement dans le show-room. Boutiques éphémères à Zurich et à Genève, conférences et ateliers compléteront le programme. Nous vous présentons ici trois de ces labels.

Toutes les autres informations sur cette 14e édition sont en ligne sur www.modesuisse.com.


Collective Swallow

Les designers de mode Anaïs Marti et Ugo Pecoraio de Collective Swallow

Derrière ce nom mystérieux se cachent Anaïs Marti (née en 1987) et Ugo Pecoraio (né en 1988). Les deux créateurs se sont rencontrés pendant leurs études à l’Institut Mode-Design de la FHNW, à Bâle, et ont fondé leur label commun en 2015. «Collective Swallow n’est pas vraiment né de l’idée de créer une marque puis de vendre des vêtements, il s’agissait plutôt d’une expérience, une manière de nous défier mutuellement sur le plan de la création», explique Anaïs Marti. Aussi, le collectif se situe quelque part entre l’art et la mode. Tous ses vêtements sont neutres du point de vue du genre: hommes et femmes peuvent les porter. Ses sources d’inspiration sont aussi inhabituelles que bonnes à manger: pour la dernière collection, il s’agit par exemple de la pizza, dont les propriétés visuelles et structurelles ont été traduites en vêtements. A la prochaine édition de Mode Suisse, le duo – qui vit à Bâle et à Berlin – présentera un avant-goût de sa quatrième collection, qui rend hommage à la culture de la glace au pays des Helvètes.

collectiveswallow.it


Julia Heuer

En 2015, Julia Heurer a remporté le Prix suisse du design à Langenthal pour sa collection de tissus plissés Adobe Indigo.

Elle maîtrise les arcanes du design artisanal aussi bien numérique qu’analogique. Julia Heuer (née en 1981) crée des imprimés tantôt dans le cosmos des pixels, tantôt directement avec un pinceau sur du tissu. Elle teint et plisse des robes, des pantalons et des hauts avec la technique japonaise de l’arashi shibori (le tissu est enroulé diagonalement autour d’un bâton, et fixé avec du fil), le tout à la main! Avant de se consacrer entièrement à sa propre mode, la spécialiste en design textile a conçu pendant des années, à Saint-Gall, des imprimés pour des maisons comme Calvin Klein, Dior, Chanel ou Comme des Garçons. Aujourd’hui, l’Allemande vit et travaille à Paris, où elle concocte ses créations perfectionnistes et colorées dans un tout petit atelier. Que la beauté du résultat n’effarouche personne: ses vêtements sont faciles à entretenir et à porter.

juliaheuer.de


Vanessa Schindler

Vanessa Schindler a étudié le design de mode à Genève et effectué des stages chez Balenciaga.

Henrik Vibskov et Etudes Studio.

Cette créatrice romande née en 1988 est sans cesse à la recherche de mariages inédits entre le tissu et le plastique. Comme une scientifique, elle sonde méticuleusement le polymère uréthane, se demandant comment transformer en vêtements ce matériau semblable au plastique. La démarche de Vanessa Schindler confine à la poésie lorsqu’elle réalise, par exemple, des moulages de coquillages ou enferme des cristaux dans des bouteilles en uréthane. En 2017, la créatrice a remporté le grand prix au Festival international de mode et de photographie d’Hyères pour sa collection Urethane Pool: Chapitre 2. Il s’agit là d’une des distinctions les plus importantes pour les jeunes créateurs dans l’univers de la mode. Avec sa nouvelle collection, Vanessa Schindler enrichit encore sa palette de matières: résilles fluides de perles, tricots laineux, ruches synthétiques et franges multicolores aimantent les regards.

vanessa-schindler.com